Je crois que les mots peuvent

Par défaut

Je crois que les mots peuvent reconstruire ce qui a été déconstruit, qu’ils ont ce pouvoir fragile et dérisoire, inutile et essentiel, pourtant.

C’est pour cela que j’écris, aujourd’hui, c’est pour cela que j’écris depuis si longtemps à aligner des lignes et tricoter le temps qui passe, lui donner sens même quand il semble ne pas en avoir.

Comme toi, je suis choquée, comme toi la boule au ventre, l’incompréhension, la colère et même la haine aussi que je ne voudrais pas mais qui est là quand même…

Te raconter ce qui s’est passé, il n’y a pas bien longtemps, quand j’étais prof dans ce collège sensible, super sensible même, explosif, dans cet endroit où l’on mettait, et où l’on met encore, des gosses qui finiront, au mieux, à l’abattoir, peut-être même que ce collège lui-même est un abattoir il ne faut pas le dire, sauver les apparences, je ne le dirai pas, t’as vu ?

Des gosses disent du mal des juifs. J’interviens. Je fais le plus simple possible :

– Si un arabe me pique mon sac, tu trouveras ça normal que je pense que tous les arabes sont des voleurs ?

– Non madame.

– Est-ce que tu trouveras normal que je pense que tous les musulmans sont des terroristes parce que Ben Laden était un con dangereux ?

Grand silence. Puis émeute. Vous pouvez pas dire ça madame, vous êtes raciste !

Les gosses de ce quartier sont des gentils gamins, pas pires que les autres, pas meilleurs, comme sources d’information ils ont leurs parents et la télé…

Les gens qui réagissent d’une manière qui me donne envie de hurler et de dégueuler aujourd’hui ont les mêmes sources d’information, ils fondent leur jugement sur des discours simplistes, une information partiale et partielle.

La nuance, ça prend du temps.

La réflexion, ça demande des efforts.

Le jugement, ça se construit lentement.

La télé ne te propose rien de tout cela, elle te brosse dans le sens du poil, tu crois quand même pas que c’est un hasard, si ?

Je m’égare, c’est ça qui est pénible avec la nuance…

Tu dis que c’est la liberté d’expression qu’on a assassinée hier, et c’est tout le contraire, elle n’a jamais été aussi vivante, tu as le droit de t’indigner à présent, tu as le droit de dire comme c’est mal, affreux, injuste, cruel, dérisoire, tu dis même que tu n’as pas de mots mais tu le dis quand même.

J’ai envie de te dire ce soir que je suis contre la liberté d’expression, tellement je suis en colère, oui, tu as bien lu, et oui aussi c’est absurde et dérisoire de le dire aussi, d’utiliser cette liberté pour dire qu’on est contre, c’est inutile et vain, comme tant de mots.

Comme tant de morts, aussi.

Je ne comprends pas que le prosélytisme, le fanatisme, l’intolérance, le racisme, la haine soient en libre circulation dans ce pays.

Non on ne devrait pas avoir le droit de tout dire… Il y a des mots que je ne veux plus jamais entendre tellement ils me font honte…

T’as de la chance que je ne sois pas au pouvoir, parce que la Marine et les autres blaireaux de tous poils, je leur ferais fermer leurs gueules, et pas poliment…

Je ne comprends pas qu’on ait le droit, sans en être inquiété, de proférer des appels à la haine et au crime, je ne comprends pas qu’un parti comme le FN ait encore le droit de parole, je ne comprends pas que les religieux de quelque bord qu’ils soient aient leur mot à dire, le culte devrait rester affaire privée, définitivement privée, vous avez le droit de choisir vos chaînes, vous ne devriez pas avoir celui de me les imposer, gardez-les pour vous…

Je ne comprends pas que les médias, de quelque affiliation qu’ils soient, relaient ces messages même sous le couvert de l’indignation vertueuse.

Ah oui il est grand temps de vous indigner bordel, où étiez-vous quand des anonymes crevaient en silence, quand la droite et le racisme se sont décomplexés, où étiez-vous ?

Qu’est-ce que c’est que ce pays dont les dirigeants osent parler du bruit et des odeurs, oui, tu te souviens ? Un pays dans lequel c’est devenu presque une fierté de dire tout haut ce que la lie du peuple est censée penser tout bas, j’ose le dire MOI MOI MOI que pour de vrai les étrangers ils nous piquent notre boulot et puis ils puent et ils sont pas comme nous y’a pas que les Le Pen, ces braves gens courageux, qui le disent, le président il pense comme nous dans le fond et les ministres aussi, et

Tu ajoutes les exemples, j’espère que t’as pas oublié.

Moi je n’ai pas oublié.

Les dérapages…

Dérapage mon cul.

Je ne veux pas d’une France où l’étranger est montré du doigt. Je ne veux pas d’une France où le chômeur est considéré comme un assisté. Je ne veux pas d’une France où le journaliste est bâillonné. Je ne veux pas d’une France où les banlieues sont nettoyées au Karcher. Je ne veux pas d’une France où les délateurs agissent au grand jour. Je ne veux pas d’une France où la peur mène la danse. Je ne veux pas d’une France où le service public n’est plus qu’un nom. Je ne veux pas d’une France où la police se frotte les mains. Je ne veux pas d’une France où l’argent est roi. Je ne veux pas d’une France où l’école est une marchandise. Je ne veux pas d’une France où la rentabilité prime sur l’humanité. Je ne veux pas d’une France où la solidarité est foulée aux pieds. Je ne veux pas d’une France où l’espérance est piétinée.

On me dit que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde…

Quand je regarde la France dans le bleu blanc rouge des yeux, je vois pourtant toute la misère du monde.

Non, je ne suis pas Charlie.

Personne ne l’est, nous ne sommes pas morts pour nos idées, nous nous contentons de nous indigner, nous parlons, nous disons, nous nous exprimons, voyez comme nous sommes solidaires…

Non, je ne suis pas Charlie.

Mais putain oui, évidemment, je suis Charlie, nous sommes Charlie…

Je suis comme toi. Je suis profondément triste.

Ecartelée entre la colère, la honte et une tristesse infinie.

 

Et désarmée…

Publicités

"

  1. Pas si désarmée que ça au final. Ce n’est pas à toi que je vais apprendre que les mots peuvent être des armes.
    Alors oui, face à des armes avec des balles les mots ne font pas le poids sur le moment, mais tant qu’il y aura des gens prêts à se lever et à protester avec leurs mots, avec leurs dessins, comme tu l’as fait en écrivant cet article, il y aura possibilité de lutter contre tous les extrêmismes.
    Je suis prof, dans un bahut qui ressemble un peu beaucoup à ton ancien je pense. Alors oui, y’a eu des réactions stupides hier dans les classes, des  » c’est bien fait pour eux », des élèves salivant devant l’arsenal d’armes des terroristes, mais y’ a eu aussi, et en bien plus grand nombre, des gamins indignés, des gamins ne comprenant pas grand chose à ce qui se passait mais qui répétait  » c’est pas bien de tuer m’dame ». Et que dire de cet élève qui s’est effondrée en larmes dans la salle d’une collègue en s’excusant d’être musulman? ! Et de cet autre tempêtant parce qu’on laissait parler certain politique alors que leurs propos sont racistes et infames.. ».Elle est où la justice madame?!  »
    Ce sont des ados, ils peuvent être « cons comme c’est pas possible », ils sont loin d’avoir tous les codes, ils sont hypersensibles à l’injustice ou à ce qu’ils peuvent considérer comme de l’injustice, mais notre boulot à nous, enseignants, c’est aussi d’expliquer. J’ai expliqué des caricatures de Charlie Hebdo à des 6emes parce qu’ils n’y comprenaient rien! et les amalgames se font toujours sur des incompréhensions.
    C’est un long combat, souvent désespérant, dont on a l’impression de ne jamais voir le bout, mais bordel, c’est le plus beau des combats: éduquer, expliquer, apprendre à réfléchir, permettre à ces gamins de faire ,plus tard, leurs choix en toute connaissance de cause.
    J’en aurais bien claqué certains hier, mais j’étais fière aussi de voir soudain une cour de collège se figer dans le silence sans qu’un seul n’ait la tentation de faire le mariole.
    Désolée pour ce pavé!

    P.S: tu fais le prochain marathon d’écriture (la semaine prochaine)?

    • Merci Dinosaure, je me sens désarmée, malgré tout, et ça me va, je ne suis pas sûre d’avoir envie ou besoin d’armes, même d’armes comme les mots.
      Ce texte que j’ai écrit ne sera pas lu par des imbéciles, il n’a aucun pouvoir, il ne va pas changer les mentalités de qui que ce soit.
      Oui, c’est l’éducation qui peut, qui devrait, aider à changer tout ça, l’éducation au sens très large.
      J’ai démissionné de l’Education Nationale, par engagement politique, par colère, parce que je ne pouvais plus cautionner ce qu’est aujourd’hui l’EN, ou plutôt ce qu’elle n’est plus.
      Je respecte infiniment ceux qui continuent le combat que tu mènes, je n’ai pas eu ce courage.
      Merci pour ton témoignage, merci beaucoup.
      Et je n’ai aucune idée de ce que je fais la semaine prochaine.

  2. C’est bien de lire ça le 27 août, avec l’épaisseur du temps et la suite des événements. Je partage ton opinion. Comme je le twittais : «Parfois, je me demande si on n’est pas allés un peu loin dans la liberté de chacun à faire chier tout le monde».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s