Le verre c’est la couleur de l’espoir…

Par défaut

Le ciel est un immense papier bulle, un nuage, une bulle, je devine des lumières là-derrière, ça stroboscope arc-en-ciel, ça a des airs de fête…
Si ça se trouve, le tonnerre, c’est dieu qui s’amuse à pincer les bulles entre ses doigts pour passer le temps…
J’avance au bord de l’eau, sur les rochers glacés, là où le sec cottoie l’humide, je n’ai jamais su, vraiment, où commence l’océan, et, si ça se trouve, le début de l’océan, c’est le bruit des vagues à l’intérieur de ma tête…
Je suis sur un rocher roulant, je n’amasse pas mousse, j’avance et le paysage aussi, avance, si ça se trouve, moi, je ne l’ai pas trouvé, si ça se trouve seul le paysage, avance, moi je me contente de le regarder passer…
Soudain, le ciel vacille, l’eau gronde et les rochers se dérobent de leurs habits de cristal.
Là-haut, la bouche avance.

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s