Elles rient mais elles ne savent pas pourquoi

Par défaut

Une mouette vient de crier, je l’entends encore, c’est la nuit et la fenêtre est ouverte sur la terrasse… C’est loin la mer, je pense, 25 kilomètres à vol de mouette… S’est-elle perdue ? Est-elle malade ? A-t-elle un enfant égaré à retrouver loin de l’eau, un amant capturé par des pirates du ciel à délivrer ?

 

Ciel à délivrer…

 

Peut-être fuit-elle une vie ennuyeuse, peut-être se sent-elle l’âme aventureuse… mais que va-t-elle chercher dans ce coin reculé et peut-elle même survivre si loin de chez elle ? Peut-on seulement vivre loin de la mer ?

 

Je me souviens des mouettes parisiennes…

Elles rient mais elles ne savent pas pourquoi.

 

Peut-être qu’il n’y a pas de mouette.

Peut-être que c’est moi qui imagine son cri, imagine qu’elle m’appelle.

 

 

La mer, ce n’est pas assez.

 

Je veux l’océan.

Advertisements

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s