Interrupteur

Par défaut

Salle de contrôle ici salle de contrôle, laissez passer le son, on ouvre les écoutilles en ce moment sur France info il y’a l’info qu’il vous faut, salle de contrôle on serre les derniers boulons, inspiration un deux trois quatre, expiration quatre trois deux un, et un étirement, un, un étirement qui roule, salle de contrôle leviers boutons, salle de contrôle à fond les manettes, on lève, on baisse, on appuie, on soulève, salle de contrôle ici salle de contrôle on demande l’ouverture des paupières, salle de contrôle ici salle de contrôle demande urgente d’ouverture des paupières, je répète, ouvrez les paupières, maintenant, salle de contrôle ici salle de contrôle il y’a l’info qui vous sale de contrôle ici salle de contrôle on est en train de la perdre, ouvrez les paupières bon dieu, ouvrez les paupes en ce moment sur France paupière il y’a l’info qui sale de contrôle ici salle de contrôle ouvrez les popes je répète ouvrez les paupiettes à fond les manières un deux un deux salle de contrôle ici sale de contrôle ici sale contrôle qu’il vous faut en ce moment sûr des paupiettes, appuyez sur les paupiettes, je répète, on appuie sur les paupiettes, envoyez la sauce, et une paupiette qui roule, une, lasse de ton crawl ici lasse de ton crawl, ouvrez les peaux blettes, je répète, ouvrez les peaux pierres maintenant maintenant les paupières maintenant !

J’appuie sur l’interrupteur.

Le cinéma du monde extérieur se fige soudain.

Puis disparaît sans aucun bruit.

Advertisements

"

    • La version de Claudio est sur son blog dans le lien qui précède, mais désormais on la trouvera ici aussi 🙂

      L’interrupteur a mauvaise presse. C’est dommage, car, c’est souvent lui qui dynamise la conversation. On le prend pour un bourreau ou même un dictateur. Alors que son métier, c’est motivateur. Il bouscule la lenteur et l’inertie, il arrête les monologues anesthésiants, il oblige à la synthèse, il redresse les chemins tordus.
      Couper la parole est un engagement tout entier dans la conversation. Si l’interrupteur déstabilise, c’est que notre démonstration était bancale. Si nous sommes à la hauteur, il nous encouragera.
      Alors, coupons la parole sans retenue, pourvu que nous le fassions à bon escient. Et jetons aux orties ces fausses vérités colportées par les apeurés de la confrontation. La confontration et le débat désamorcent même les conflits et évitent les non-dits qui s’ankylosent en nous.
      L’interrupteur sain d’esprit est chasseur de contradictions, guetteur d’incohérence, garde-fou bienfaiteur. N’essayez pas de l’embrouiller, il guette, la langue à portée de main.
      Vous avez lu l’inverse dans le Guide de la bonne conversation de salon ? C’est bon signe. Vous avez entendu mille fois : « je ne vous ai pas interrompu… » ? Et alors ? Moi, je vous interromps. Ce n’est pas malpoli de vous interrompre, c’est efficace et généreux. Nous sommes deux à construire une conversation, alors autant s’entraider pour aller au coeur du sujet, plutôt, qu’à fleurets mouchetés, échanger de policés monologues sans jamais se rencontrer.
      L’interrupteur est un lutteur physique, de terrain. Il allume la lumière, il éclaire le ring, il chauffe la salle. L’interrupteur a le point de vue rude mais amical, le crochet vif et fraternel, le geste bagarreur et le coeur d’or, comme le première ligne dans les vestiaires. Il interrompt pour repartir de plus belle vers des sommets à la hauteur de ses ambitions universelles. Il se fout de la forme au fond. Son image a peu d’importance, il roule, il coupe pour la solution, pour l’élévation. Il a le coeur en triphasé et l’énergie inépuisable.
      L’interrupteur est d’utilité publique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s