C’est toujours ça

Par défaut

Aujourd’hui c’est lundi, ou peut-être mardi, quelle différence, vraiment ? Tu croises le calendrier sur le chemin connu qui t’emmène à la cuisine. C’est mardi. C’est toujours ça…

Aujourd’hui le soleil s’est levé bien avant toi, le reste du monde aussi, tu ne sais pas quelle heure il est, neuf heures, midi, quelle différence, vraiment ? Il est dix heures et le soleil brille depuis longtemps. Le soleil continue de briller. C’est déjà ça

Aujourd’hui n’est pas le premier jour du reste de ta vie, aujourd’hui est un autre jour, tu peux quand même dire en quoi il est différent, ce n’est pas la même date sur le calendrier, au moins tu as l’impression d’avancer, c’est toujours ça…

Tu vas chercher la nappe en dentelle et tu la poses sur la table. Tu sors ta plus belle vaisselle, une assiette, une fourchette, un couteau, le verre en cristal et la bouteille de vin blanc aussi, celle que tu réserves aux grandes occasions, celle qui attend, celle qui prétend, c’est encore ça…

Tu remplis ton verre et tu le lèves bien haut :

« Je trinque à tous les cons, à ceux qui jugent sans savoir, à ceux qui condamnent sans chercher à comprendre, à ceux qui s’enferment dans leurs certitudes, à ceux qui ont peur d’aimer, à ceux qui meurent de leurs préjugés, à ceux qui défilent en pointant du doigt ceux qui ne sont pas comme eux, à ceux qui s’imaginent que c’est toujours l’autre le coupable, à ceux qui vont à l’église et votent pour un parti extrémiste, à ceux qui condamnent l’amour entre personnes du même sexe, à ceux qui ont baissé les bras, à ceux qui se taisent devant l’humiliation, à ceux qui programment l’obsolescence, à ceux qui se gargarisent de leurs paroles de pierre, à ceux qui… »

Tu te demandes un instant si tu n’es pas toi-même en train de te gargariser de tes propres mots, tu deviens peut-être comme eux, tu te juges et tu penses : « me voilà en train de mépriser une bonne partie de l’humanité, en quoi est-ce différent, est-ce vraiment différent ? »

Mais celui qui est VRAIMENT con ne se pose jamais cette question…

Alors trinque, trinque aux cons, trinque à la vie quand même, sors la nappe en dentelle, la belle vaisselle et la bonne bouteille, si tu ne le fais pas maintenant ce sont eux qui le feront, tu sais bien, les vieux cons les jeunes cons, sourire dentifrice et beaux faux semblants, ne les laisse pas faire ton éloge funèbre avant l’heure, trinque aux cons, trinque à la vie quand même, c’est toujours ça.

Advertisements

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s