dit-il

Par défaut

Ne plus écrire, dit-il, ne plus recenser, accumuler, empaqueter, emprisonner, classer, déclasser, primer, déprimer, ne plus écrire, dit-il, et le disant et l’écrivant…

A l’intérieur, ça se bouscule, ça hurle, ça veut percer et ça pousse à la nausée, à la marée, au vertige des lignes entassées.

Prendre de la hauteur, dit-il, en haut de la falaise plutôt qu’en haut des mots, là où c’est tangible le vent le froid les mouettes et le bruit des vagues, tout en bas, ne plus écrire mais vivre dit-il, et le disant et l’écrivant…

A l’extérieur, ça ne se voit pas, ça pousse au rien ça pousse au sable, au vestige des galets entassés.

Toucher le vivant, dit-il, ne plus le dire, le sentir le goûter le lécher le mordre l’avaler l’entendre le déguster le caresser le poignasser mais ne plus le dire et le dire en l’écrivant, encore.

Et le dire en l’écrivant, encore.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s