Et tout le monde riait

Par défaut

C’était le temps où tu voulais pas que je t’appelle par ton prénom, t’en voulais un autre puisque celui-là tu l’avais pas choisi, tu voulais que je t’appelle Poulet, ou Papate Pourrite et Arceus aussi, ça la pétait grave Arceus, tu trouvais…

C’était le temps où tu grimpais encore dans le chariot des courses, tu te mettais sur la pointe de tes tout petits pieds et t’essayais de piquer des bonbons, tu croyais que je regardais pas, tu disais bonjour à chaque personne qu’on croisait…

T’avais voulu descendre du caddie, j’avais dit oui et puis soudain t’avais disparu.

Quelques minutes plus tard, on diffusait dans tout le supermarché : « La maman de la petite Patate Pourrite est attendue à l’accueil du magasin. »

Et tout le monde riait, les petits et les grands, les caissières et les clients, et tout le monde riait…

 

 

Pourquoi l’imparfait ?

Pour qu’il revienne encore, le temps où l’on riait.

Advertisements

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s