Ce qui manquait

Par défaut

Le lit était vide, la chaise était vide.
Le frigo était vide, les armoires étaient vides.
Les étagères, vides.
La pièce, vide.
La vie, vide.

Tout était moins un, tout était vide, comme une trace, visible, tangible, de ce qui manquait.

Une cuillerée pour moi,
Une cuillerée pour moi,
Et une cuillerée pour moi.
Reprendre un peu de rien, pour la route.
Une cuillerée pour moi,
Une cuillerée pour moi,
Et une cuillerée pour moi.

Pourquoi l’imparfait ?
Pour ce que la vie vide.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s