On essayait d’apprivoiser la peur comme on pouvait

Par défaut

C’était le vide grenier de la mort alors, forcément, quand on passait devant les allées, on faisait semblant de rien, on prenait un air pincé… On allait même jusqu’à hâter le pas, comme si les étalages des marchand de bonheur avaient notre préférence…
Mais on n’en ratait pas une miette, c’était le spectacle permanent, l’accident de la route ou le crime passionnel à portée de la boite à ragots.
On déterrait les vieilles histoires, c’était à qui aurait la pire, histoire à rassurer, histoire de se rassurer : on était bien vivants.
On essayait d’apprivoiser la peur comme on pouvait, on regardait les faces jaunies des embaumés et les cires des masques mortuaires, on lisait les épitaphes et on souriait devant un « Laissez-nous dormir en paix ».
On se moquait gentiment des statistiques affichées sur les panneaux des camelots. C’était toujours les autres qui mouraient.
Une chance sur 81.701 d’être frappé par la foudre, une chance sur 62.950, de mourir à cause des piqûres d’abeilles, de guêpes ou de frelons, une chance sur 51.199 d’être victime d’une tempête, une chance sur 300 d’être victime d’armes à feu…
On avait tous cent pour cent de chances de mourir et le mot chance était peut-être bien choisi, finalement.
On se moquait gentiment, par respect pour le défunt on disait, et on finissait toujours par parler de Roy le miraculé. Roy Sullivan, le garde forestier, sept fois frappé par la foudre, sept fois… Tout le monde disait qu’il avait une foutue chance, Roy, il était pas censé survivre. Mais il avait survécu. Sept fois. Et puis il s’était suicidé, à cause d’un coup de foudre transformé en chagrin d’amour…
Faut dire qu’en général, la foudre ne faisait pas de cadeaux. La mort non plus.

Pourquoi l’imparfait ?
Parce que c’était l’usage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s