Parce que toute ta vie on t’avait appris à tenir

Par défaut

Toute ta vie on t’avait appris à tenir. D’abord tenir debout, comme les grands, ceux qui causaient là-haut, tu ne savais pas très bien de quoi mais tu voyais leurs visages et leurs corps immenses, comme les géants tenir debout d’abord. Et puis ne pas tenir tête, tenir ta langue, tenir la garde et te tenir sur tes gardes, tu savais tenir debout mais fallait se tenir aussi, correctement, tenir parole toujours, fallait tenir le coup encore et puis tenir les coups ensuite, toute ta vie, on t’avait appris à tenir, ne jamais rien lâcher, tenir la cadence tenir la corde, tenir quand tout s’écroule et faire semblant de tenir parce que tu ne savais pas quoi faire d’autre, parce que toute ta vie on t’avait appris à tenir, te tenir coi et tenir quoi tu ne savais plus très bien à la fin tu voulais bien tenir mais tu ne retenais plus rien. Et plus rien ne te retenait.

Tenir ta main et retenir le temps,

Tenir ta main et ne rien détenir,

Tenir ta main .

Tenir.

Te dire.

 

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que tu n’es plus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s