Et l’hallali était sonné

Par défaut

Ils n’aimaient pas nos recherches, nous le savions, mais nous avions déjà découvert une seconde sornette.

Tu m’enseignais ce que j’avais appris.

Docteur, mon bon, veillez donc sur elle, répétait-il en tournant sur lui-même.

Et l’on avait levé l’obstacle qui vous épouvantait si fort, aimer avec le coeur en feu, les éclairs de lucidité étaient dangereux.

Vous poussiez votre chant avec la même prédictibilité. Au-delà rôde la folie, madame !

Et l’hallali était sonné. Restez, je vous aimerai toujours.

Pouvais-je voir les documents ayant trait à mon propre sujet, et tes cheveux, plantés dans les ténèbres ?

Ramenez-moi au souvenir de sa main sur ma main.

Chaise formica sur laquelle l’orchestre grinçait de toutes nos misères.

Chaque jour un nouveau patient avait eu le mauvais lot dans le partage de l’humanité.

Ordinairement, on me croyait mort.

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que j’avais l’air métique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s