Elle fuyait les silences

Par défaut

Elle avait tout le temps peur et peur de tout le temps, elle s’empêchait de vivre par crainte d’être déçue par la vie même.

Elle s’emmêlait dans les paradoxes, doutait avec constance, prenait une décision irrévocable qu’elle révoquait toujours dans l’heure.

Elle était amoureuse, souvent, elle rêvait ses amours et ses ruptures à l’avance, elle disait que rien ne dure sauf la mort.

Elle redoutait par-dessus tout les tablées des restaurants, scrutait le visage des convives avec anxiété, elle guettait le moment fatidique où l’on n’a plus rien à se dire.

Elle fuyait les silences, elle fuyait la vie même.

 

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que ça n’est plus.

 

Advertisements

Une réponse "

  1. Je la reconnais (?) c’est l’humanité entière !
    Si imparfaite
    sauf en ces quelques lisières

    ça n’est plus

    _________
    J’aime ce texte qui décrit
    l’agitation de la substance mentale
    celle qu’on cherche à fuir
    et qui toujours nous atteint … souvent par surprise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s