Il était un petit navire

Par défaut

Nous étions partis comme des voleurs. Comme des voleurs de vie. Il faisait mort autour de nous, ça suintait la morosité, ça suait le désespoir, ça transpirait la peur. Nous étions partis voir la mer, parce que la mer ça console de tout, même du pire.

L’hôtel était grand et vide. Nous avions une chambre avec un balcon tout blanc sur lequel nous allions fumer nos cigarettes. La nuit, nous comptions les moutons, vue sur mer. Nous nous découvrions vivants dans la tempête.

Juste à l’entrée du port, tu étais en arrêt. J’avais regardé derrière la statue du monsieur qui regarde la mer au loin. C’était un bateau. C’était pas n’importe quel bateau. C’était un Pen Duick. Je ne savais pas que les bateaux ça pouvait faire pleurer. J’ai appris ça aussi, ce jour-là.

Pourquoi l’imparfait ?

Parce qu’il n’est plus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s