Elle parlait du temps

Par défaut

Quand elle avait déclaré avec fierté qu’elle volait la nuit et que dans sa tête, il y avait tellement d’étoiles qu’elle n’arrivait pas à les compter, sa maman lui avait dit :  « Ce n’est pas bien de mentir, tu fais pleurer le bon dieu ».  Elle ne voulait pas faire de chagrin au bon dieu, elle pensait qu’il avait bien d’autres raisons d’être triste. Aussi ne mentait-elle jamais.

Quand elle avait vu la tante Rose pour la première fois et qu’elle s’était écriée : « Pourquoi la vieille elle a de la barbe au menton ? » son papa l’avait giflée. Elle avait fait de la peine à la tante Rose qui était si gentille, elle. Elle apprenait ce jour-là qu’il ne fallait pas non plus dire certaines vérités à voix haute. Aussi ne disait-elle jamais ce qu’elle pensait.

Elle parlait du temps, toujours beau même quand il pleuvait parce qu’après la pluie, toujours, venait le beau temps, toujours, venait le beau temps, toujours, venait le beau temps…

Pourquoi l’imparfait ?

Parce qu’il le fallait.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s