Il avait les bonbons qui collaient au papier

Par défaut

Il avait mis son plus beau costume, celui en lin blanc, ça lui donnait une fière allure de génie messianique,  ni trop décontracté, ni trop apprêté. il se trouvait beau dans ce costume et puis… Une première rencontre avec ses beaux-parents, ça ne s’improvise pas.  Il voulait les impressionner, leur en jeter plein la vue à ces parvenus, faire bon effet au minimum. Dans l’ascenseur, il écoutait distraitement la voix dépressive qui égrainait les étages tout en inspectant anxieusement sa coiffure dans les reflets du faux marbre. Il avait tout prévu : le costume impeccable, la mèche rebelle domptée, le hâle bronzé mais pas trop, le sourire dentifrice, le bouquet de fleurs pour belle-maman et la bouteille de vin hors de prix pour beau-papa. Tout était sous contrôle, dans le moindre détail. N’empêche, il suait, il suait comme jamais il n’avait sué… Il avait les bonbons qui collaient au papier et ça, ça faisait mauvais genre…  Il commençait à avoir de plus en plus peur que ça se remarque, que ça fasse tâche dans l’appartement feutré de l’avenue Foch et plus il y pensait…

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que l’autre n’était pas doué de parofe.

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s