On demandait la lune

Par défaut

On n’avait pas vingt ans, des rêves plein les poches de nos yeux de hasards. On dénouait les fils du temps, on se faisait parques d’attraction et les étoiles une à une s’éteignaient dans nos verres. On jouait à choux ou clous, à celui qui serait le plus fou, à celui qui attraperait un hibou, conterait les cailloux, serait le plus doux du genou.. Il n’y avait jamais de perdant.

Quand le jour se levait, on demandait la lune.

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que ça n’est plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s