Elle respirait encore

Par défaut

C’est l’aîné qui était arrivé en premier. Il avait sorti sa clope et fumait à la fenêtre. La cadette et le benjamin étaient arrivés ensemble, quelques minutes plus tard, alors ils avaient commencé à attendre en silence. Comme la mort ne venait pas vite, l’aîné avait proposé en riant qu’on l’accélère mais l’infirmière venue contrôler les machines et les tubes avait froncé les sourcils et ajouté en sortant : le docteur va arriver. Au début, ils chuchotaient, rapport à la vieille dans son lit, mais, vu qu’elle devait sûrement pas entendre, on avait bien le droit de causer un peu quand même, avait dit la cadette. Ainsi, après avoir usé les banalités sur le temps, les enfants et le travail, ils avaient fini par le dire ce pour quoi ils étaient là, au chevet de la vieille, ils avaient fini par se partager la maison, les meubles  et l’argent. De l’orangeraie, personne n’avait voulu, on la vendrait. Pas rentable. Le docteur n’était pas venu, le soleil était tombé, ils étaient repartis. Sur la petite table de la vieille, au cœur de la nuit, l’infirmière de garde avait retrouvé un magazine froissé, trois canettes de bière vides, huit mégots. Et des pelures d’orange…

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que ça n’est plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s