Elle changeait la couleur de ses plinthes

Par défaut

Elle avait reçu une maison en héritage, celle de son frère décédé quelques mois plus tôt. Elle travaillait chez Leader Price, elle n’aurait jamais pu se la payer. Elle vivait dans la maison du frère mort et ne pouvait pas s’en réjouir. Elle jouissait des fruits de sa mort. Amers. Elle ne se plaignait même pas. Pourtant, chaque semaine, avec une régularité maladive, elle changeait la couleur de ses plinthes.

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que ça n’est plus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s