Ils s’aimaient

Par défaut

Il avait su immédiatement, comme une évidence indiscutable, qu’elle était faite pour lui. Il avait ri quand même. Il s’était dit en se moquant de lui qu’il n’était pas cet homme-là, ce héros de roman, cet incorruptible, cette âme au cœur pur qui aurait pu mourir pour les yeux de celle qui… Mais il était cet homme qu’il ne se reconnaissait pas encore le droit d’être.

Alors il n’avait rien dit.

Elle avait su immédiatement, comme une évidence indiscutable, qu’il était fait pour elle. Elle avait ri quand même. Elle s’était dit en se moquant d’elle qu’elle n’était pas cette femme pour qui un homme se battrait, pour qui un homme écrirait des poèmes, de longues lettres enflammées, elle n’était pas cette femme qui recevrait les fleurs et les baisers… Mais elle était cette femme qu’elle ne se reconnaissait pas encore le droit d’être.

Alors elle n’avait rien dit.

Pourquoi l’imparfait ?

Parce que ça n’est plus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s